Collège Clinique Toulouse

Vers les institutions Programme année 2022

Les institutions médicales, éducatives et médico-sociales reçoivent aujourd’hui des sujets, patients ou usagers, qui présentent des symptômes et des difficultés qui peuvent mettre leur personnel à l’épreuve. Qu’il s’agisse d’enfants, d’adolescents, d’adultes ou de personnes âgées, les professionnels qui en ont la charge sont souvent en proie à un sentiment d’impuissance voire de solitude lorsque la parole, le rappel de la loi ou le médicament ne suffisent plus. Le refus, la peur et le passage à l’acte sont souvent au rendez-vous.

Notre époque connait la remise en cause des structures sociales et des institutions qui les incarnaient. On assiste à une recrudescence de discours qui ne font pas lien et qui au contraire délitent le vivre ensemble. L’évolution du lien social, sa fragmentation, sa précarité, modifient le paysage institutionnel et les conditions d’accueil. Comment peut-on dans une institution faire lien social ?

Or l’insupportable qu’un professionnel rencontre dans son travail est en rapport avec l’impossible dont le patient ou l’usager est lui-même prisonnier. C’est en s’attachant aux menus détails de son lien aux objets, au corps et à l’Autre ques’ouvre la possibilité d’y trouver un traitement de l’angoisse. Ici, les enseignements de la psychanalyse et son approche pragmatique de la clinique trouvent leur pertinence.

Nous aborderons les questions suivantes sur le plan théorico-clinique et à partir de cas présentés par un praticien en institution, notamment :
Comment faire avec les urgences subjectives ?
À quelles conditions un patient peut-il accepter l’offre qui lui est faite ? Comment proposer et assurer une présence ? De quoi est-elle faite ? Que faire, quand le patient ne nous laisse pas mettre en pratique ce que nous avons appris ?

Comment travailler à plusieurs ?
Comment le dispositif institutionnel peut-il répondre concrètement à la singularité de chaque cas tout en répondant à sa mission sociale ?

Deux temps composent l’après-midi de formation :
* Conférence théorico-clinique de 14h à 15h30, faite par un enseignant du Collège clinique exerçant ou ayant exercé des responsabilités thérapeutiques en institution. *Pragmatique du cas en institution de 15h30 à 17h, où un cas est présenté par un praticien exerçant en institution, puis commenté et discuté.

Les trois demi-journées de formation 2022

Le 21 janvier 2022 : Après le trauma comment répondre? 

Impensable, inimaginable, insupportable, le trauma fait effraction dans une vie et nous laisse sans recours. Ce qui faisait notre monde construit autour d’une routine structurante, se défait.
Une théorie spontanée du trauma va de pair avec le vœu que tout redevienne comme avant, comme si le trauma n’était pas advenu.
Comment vivre après le traumatisme sans le traumatisme ? Même s’il frappe de manière contingente, la psychanalyse l’envisage comme une donnée devenue inéliminable de l’existence humaine. Quel traitement alors ? Les enjeux sont autant individuels que sociaux. Il ne s’agit pas d’effacer ou de reprogrammer la cognition tombée en panne après la frappe du trauma mais plutôt de conduire celui qui en pâtit, à repérer ce qui est véritablement traumatique dans ce trauma afin de trouver une issue, une ouverture post- traumatique.
 

Le 20 mai 2022 : Addictions comment limiter le trop ? 

Addicts ! Le mot est aujourd’hui sur toutes les lèvres, il désigne un symptôme tenace où l’objet est devenu le trop maladif. Quel objet ? Le jeu vidéo, la drogue, le travail, etc.
Cet objet concerne donc une jouissance difficile à limiter, revêche à l’autorité, à la volonté ou à la sanction. Un impératif puissant règle le rapport à ce plus- de-jouir, tendu vers l’obtention d’une satisfaction solitaire.Dans l’addiction, le désir qui permet d’ordinaire de donner du relief à l’existence, disparait.
Comment limiter ce trop ? Comment créer une médiation entre le sujet et son branchement sur l’objet aliénant ? C’est à partir de ces questions que sera abordée l’expérience des addicts.
 

Le 23 septembre 2022 : Qu'est ce qu'une crise ?

La crise caractérise notre époque, elle désigne le malaise dans la civilisation dont les limites dans le temps semblent incertaines.
Quand un sujet est en proie à une « crise » ou « des crises » que désigne-t-on sous ce terme ? « Crise » peut renvoyer à des situations de nature très différente qu’il convient de discriminer. Dans ce flou, il importe en effet, d’élucider ce qui fait la nature de la crise et d’élaborer une clinique plus fine, plus différentielle.
Plusieurs questions nous guideront. Depuis quand les crises ont-elles commencé ? Quels en sont les ressorts ? Qu'est-ce qui les motive ou les déclenche ?
La crise semble le plus souvent caractérisée par une parole en défaut ou qui n'est plus opérante. Elle n’est pas toujours adressée. Sur le moment, le sujet est comme sans recours sinon dans l’agir ou dans l’excitation. Il est toutefois possible de tirer un enseignement de la crise afin de s’orienter dans son traitement.

 

Inscriptions 

Bulletin d'inscription à envoyer au Collège clinique de Toulouse – Extension,
10, rue Bouquières 31000 Toulouse.
 
Coordination : Christiane Alberti – 06 82 00 99 40
Secrétariat : Patricia Loubet – 06 20 53 57 63
Renseignements : extensioncollegeclinique@gmail.com 
Numéro de déclaration : 7330561531

Tarifs

Prise en charge par l'institution

Une demi-journée : 60 euros 
Les trois demi-journées : 160 euros 
 

Inscription individuelle

Les trois demi-journées : 90 euros 
Une demi-journée : 30 euros 

Télécharger les fichiers